Floride : mésaventures en série !

Partir en voyage, quitter sa maison, son quotidien c’est partir à l’aventure, sortir de sa zone de confort et vivre toutes sortes d’expériences ! Vivre des expériences magiques, enrichissantes, stimulantes, mais aussi parfois décevantes, stressantes et déroutantes.

Depuis notre départ vers la Floride le 22 décembre dernier, nous n’avons pas été en reste concernant les expériences et autres anecdotes !!!!

La première expérience fort déplaisante a été de perdre notre fille cadette de bientôt 4 ans lors de la visite du Manatee Viewing Center. Je vous rassure, nous n’avons pas eu le temps d’angoisser…Oui oui, je vous le dis, nous n’avions même pas remarqué l’absence de petite Caboche !!!! Alors que nous étions absorbés par la lecture informative sur les poumons des lamantins, une agente de sécurité, oreillette et micro en bouche à la James Bond, nous a ramené notre fille en nous demandant bien haut et bien fort si cette enfant était bien la nôtre !!!!!!!!! euh… comment dire, j’aurais bien été tentée de dire que je n’avais jamais vu cette petite fille de ma vie, mais voyez-vous petite Caboche s’est jeté en larmes dans mes bras en criant  »MAMAN » !!!! Il ne me restait alors qu’une seule possibilité : me cacher !!! Avoir eu une pelle je me serais terrée 15 pieds sous-terre ! Papa Caboche, pas plus fier que moi prit un air surpris et ahuri devant l’agente de sécurité ! Heureusement, nous en étions à la fin de la visite… avec le contre-coup et le fait de réaliser ce qui venait de se passer, nous avons pris la sortie en catimini, avec les QUATRE Caboches (ni plus ni moins), le coeur serré et les câlins collés avec petite Caboche. OUF !

La deuxième expérience nous amène à la plage. Les deux plus jeunes jouaient tranquillement dans l’eau du Golfe du Mexique. Le sable doux et blanc ainsi que les coquillages de la plage de Fort de Soto occupaient les deux plus grandes.

Nous relaxions et savourions le soleil d’une fin de journée. Lorsque tout à coup Papa Caboche dit :  »Hey ! un aileron de requin juste là  »… en effet, quelques centaines de mètres au delà des enfants un aileron de requin avait fait son apparition pour disparaître sous l’eau après une certaine longueur parcourue hors de l’eau. Je me lève calmement car les jeunes étaient certes dans l’eau mais relativement proches du bord. Ne voulant pas paniquer et leur transmettre mon inquiétude je leur dis tout de même d’un ton autoritaire ne laissant pas place à la négociation, de sortir IMMÉDIATEMENT de l’eau. Surpris et étonnés, ils me demandent pourquoi et c’est là que je leur fais mon annonce avec un air dramatique :  »Il y a un requin qui rôde juste là !!!!! » Ils se dirigent alors tranquillement vers le sable mais mon fils trouve tout de même le moyen de me dire :  »bah Maman y’a rien là… c’est juste un requin… si je l’embête pas, il viendra pas m’embêter… c’est tout !!! » mmmmhhh….

La troisième expérience a eu lieu avec un tout mignon joli raton laveur… sortez vos mouchoirs, mon coeur sensible n’a pu résister à quelques larmes. Nous sommes sur notre terrain de camping de Fort de Soto, la table du petit déjeuner est rangée, les enfants ont fini de s’habiller, nous sommes presque fins prêts à partir… les Caboches n’ont plus qu’à enfiler leurs sandales lorsqu’un raton laveur que nous avons nommé Léon se pointe le bout du nez à la porte de notre remorque ! Ce n’est pas la première fois que nous voyons un raton laveur mais son audace nous a tous surpris.  Il ne nous fallu pas grand temps pour nous rendre compte que Léon ne semblait pas être en bonne santé. Il tremblait beaucoup, perdait l’équilibre, avait des difficultés à se déplacer. Il était aussi très maigre et son poil différent des autres ratons. J’ai immédiatement demandé aux enfants de s’éloigner, il n’est pas recommandé de se faire mordre par un raton malade ! Rentrons sains et saufs au Canada PLEASE ! Papa Caboche a averti les rangers du parc pour les aviser de la présence de notre inquiétant visiteur. Nous apprenons alors que cela fait une semaine qu’ils tentent de l’attraper pour l’envoyer chez le vétérinaire ! Qu’à cela ne tienne, ce petit Léon a besoin d’aide. Comme il ne nous quittait pas, nous avons très facilement réussi a poser une boîte en plastique sur lui en attendant l’arrivée des rangers. 

  

Et là, scène trop intense pour mon coeur et celui des enfants (bah oui j’ai un p’tit côté 30 millions d’amis), les rangers équipés de gants, d’une cage et d’un filet, sont intervenus pour récupérer Léon… mais Léon lui, malade ou pas, a reprit vigueur, et c’est la peur au ventre qu’il s’est défendu, tout crocs dehors et griffes prêtes à balafrer, en vociférant avec agressivité ! Pour lui, pas question qu’on le mette en cage… il a même failli réussir à s’enfuir ! Rapide le Léon malgré son piètre état !!! Il est finalement parti avec les rangers, épuisé !

    

  

Nous sommes allés demander des nouvelles à la fin de la journée. Léon a fait une visite chez le vétérinaire. Il avait la Maladie de Carré plus connu en anglais sous le nom de Distemper. Il était contagieux pour ses amis ratons mais aussi pour tous les animaux de compagnie non vaccinés. Il était à un stade avancé et souffrait. Cette maladie tue. Le vétérinaire l’a donc euthanasié. Les rangers nous ont dit que pour qu’il se soit approché à ce point de nous c’est qu’il venait demander de l’aide et qu’il n’en pouvait probablement plus. J’ai eu le coeur fendu. Les Caboches ont mieux géré que moi…

RIP Léon 😦

La quatrième expérience se déroule sur notre nouveau terrain de camping au Little Talbot Island. Voilà 24h que nous sommes installés dans un endroit magnifique entourés d’arbres d’une hauteur plus que respectable. La végétation dense rend les lieux apaisants ! Nous nous y sentons bien.

La journée s’annonce belle, les enfants veulent se baigner dans l’océan atlantique, nous enfourchons alors nos vélos pour partir à la plage.  Tout le monde s’amuse dans les vagues. L’heure des  »Mamaaaannnn j’ai faaaaiiiimmmm » et des enfants qui se meurent sur place de n’avoir pas mangé depuis au moins trois mois, sonne ! Dans ce cas, rentrons au campement ! C’est tout guillerets, que nous arrivons vers notre site lorsque nous sommes rapidement interceptés par nos voisins de camping qui nous disent en anglais :  »Hey guys ! we heard a big noise ! a branch fell on your trailer and scratched it ! » Oh ?! nous avons interprété à la légère l’annonce de nos voisins  :  »Ok, it doesn’t matter. Thanks ! » Encore deux coups de pédales et nous voilà face à la réalité ! Papa Caboche avait le même air ahuri que lorsque l’agente de sécurité lui a ramené petite Caboche (premier paragraphe 😉 ).

    

Une branche ? vous voulez dire une HUGE BRANCH !!!!!!!! Nous nous attendions à une petite branche tombée sur la remorque… mais voyez-vous les arbres ici sont assez imposants ! Et leurs branches… aussi ! Ce qui est tombé de l’arbre a abîmé notre remorque au dessus de la porte et une bonne partie sur le côté. La branche encombrait tout notre site de camping.

  

Bouche bée, j’en ai perdu mon anglais et j’ai fait pleins de fautes dans la seule phrase que j’ai dit au rangers qui est venu avec sa tronçonneuse nous dégager le campement !

  

Je vous assure que si nous n’étions pas allés à la plage l’un de nous aurait pu être gravement blessé ! J’imaginais mes Caboches se prendre sur la tête une telle branche tombant de si haut !!!!! J’en ai froid dans le dos ! Mais bon… gardons notre bonne humeur et notre humour… quoi de mieux que la mousse espagnole (ce parasite qui embellit tant les arbres d’ici) pour se déguiser un peu !  Et c’est parti, faisons les andouilles ! Bref, j’avoue que depuis cet événement, j’avoue regarder les arbres de mon site de camping différemment !

________________________________________________________________

P.S de l’expérience numéro 1 : Petite Caboche avait quitté elle-même la salle d’exposition sur les lamantins car elle voulait retourner caresser les raies ! Elle est donc entièrement responsable de ses actes et Papa Caboche et moi-même sommes lavés de tout soupçon. (Sic : évidemment je plaisante, c’est de l’humour !)

P.S de l’expérience numéro 2 : Caboche fils a une peur terrible des araignées… le requin ne semblait pas le perturber davantage… après tout les araignées sont bien plus dangereuses que les requins non ?!

P.S de l’expérience numéro 3 : Pour mes amis québécois, 30 millions d’amis est une émission sur les animaux qui a joué durant toute mon enfance ! J’ai encore la musique du générique dans la tête ! lol

P.S de l’expérience numéro 4 : Les Américains étant ce qu’ils sont, les rangers se confondaient en excuse et nous ont expliqué comment régler le problème. Nous devrions obtenir une compensation pour réparer les dégâts ! Soulagement !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s