La relation toxique

Notre approche éducative repose, entre autres, sur le respect de chacun des membres de la famille, y compris le plus jeune d’entre eux, sur le non-jugement, la confiance, la bienveillance et la communication.

Évidemment, il n’y a pas un parent ou quelconque adulte fréquentant des enfants qui me dira qu’il manque de respect à ses enfants, ne leur enseigne pas la confiance ou refuse la communication ! Certes ! Cependant, je vais pousser le concept un peu plus loin. Lorsque je parle de respecter nos enfants, je parle de les considérer comme l’égal de nous-même. De cesser de les diminuer parce qu’il n’ont que 5 ou 10 ans, de juger leurs envies ou leurs comportements. La confiance n’est pas non plus unidirectionnelle. En effet, je ne demande pas à mes enfants de me faire confiance uniquement à moi-même mais de mon côté également je leur fais confiance en les laissant prendre des décisions ou gérer une situation x ou y. La confiance est un échange qui prend sens lorsque celle-ci est partagée.  Enfin la communication est la clef de nos relations car elle est le socle qui permet d’entendre les besoins de chacun afin de trouver des solutions qui respectent les membres de la famille dans toute leur individualité mais aussi en honorant les besoins du groupe dans son ensemble : la famille. La communication signifie également le fait de prendre le temps d’écouter et donc de considérer l’autre.

Or ce ne sont pas tous les individus qui gravitent autour de nos enfants qui partagent ou saisissent notre approche. Il est arrivé à plusieurs reprises que mes enfants se sentent insultés, rabaissés, contrôlés et non compris. Et c’est là que la magie opère ! Au delà des émotions négatives que cela pouvait engendrer, j’ai été très heureuse, soulagée et satisfaite de constater que, qu’importe leur âge, ils ont été capables soit de m’aviser de ce qu’ils avaient vécus tout en me confiant les émotions qui les habitaient, soit de répliquer de manière polie et respectueuse qu’ils étaient en désaccord avec la personne en face d’eux tout en argumentant ou bien encore spontanément et instinctivement, de se tourner vers les relations saines et de laisser tomber les relations toxiques. En ne grandissant nullement sous l’autorité parentale ou de quelque adulte qu’il soit, nos enfants ont accès à la liberté de leurs choix. C’est ainsi qu’ils refusent ce qui leur fait du mal, les blesse ou les insulte, qu’ils sont aptes à communiquer leurs ressentis ou leur inconfort et enfin qu’ils ont la liberté de faire des choix quant à leurs relations. Qu’importe leur âge, le fait de ne plus appliquer cette éducation dont le rapport dominant-dominé est depuis longtemps employé, leur permet d’être maître de leurs choix sans être sous la coupe d’un « supérieur » dont ils chercheraient constamment l’approbation afin de faire des choix qui conviennent à l’adulte référent et non nécessairement à eux-mêmes.

 

Combien d’enfants ai-je vus chercher constamment l’accord de leur mère ou de leur père afin de s’assurer que le choix était le bon à faire mais peut-être pas celui qu’eux auraient fait s’ils en avaient la liberté ?

 

 

Je trouve absolument fascinant de constater que les enfants qui évoluent dans un environnement ou la communication et l’écoute remplacent l’autorité et le contrôle, ont une grande aptitude à prendre des décisions saines et logiques,indépendamment de leur âge, sans aucune influence, écoutant leur instinct et respectant leurs besoins. Ils font preuve d’une grande force et d’une grande maturité qui leur sera sans nul doute d’une grande utilité une fois adulte.

Enfin, ces expériences leur ouvrent également l’esprit sur les différentes interventions éducatives, les diverses relations possibles, les multiples rapports de force si présents dans notre société entre « le monde des adultes » et celui des jeunes, et sur l’acceptation qu’à l’extérieur de la maison, les choses peuvent ne pas se passer de la même manière… sans pour autant se soumettre à un modèle dans lequel ils ne sont pas acceptés en tant qu’Être à part entière.

 

 


« Ô parents ! L’exemple ! L’exemple ! sans cela on ne réussit à rien auprès des enfants. »             Jean-Jacques Rousseau. Émile, ou De l’éducation. (1762)

Une réflexion sur “La relation toxique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s