Qu’il est bon de ne rien faire !

Il y a quelques temps, j’ai été interpellée par la remarque d’une éducatrice, probablement maman également, qui expliquait qu’elle « forçait » les enfants à choisir une activité à faire, par exemple, lorsqu’ils sont à l’extérieur. Elle constatait que, parfois, les enfants n’avaient pas envie d’aller dehors mais que, n’ayant pas le choix d’être à l’extérieur et devant suivre obligatoirement le groupe, elle insistait pour que l’enfant fasse un choix d’activité afin de s’occuper et d’apprendre : bac à sable ou glissoire ? ballon ou camions ? etc… car il était inconcevable que l’enfant ne fasse « rien ». Si l’enfant ne fait « rien », il n’apprend « rien » ! Voilà où le bât blesse !

La notion de choix dans ce contexte est évidemment largement biaisée. L’enfant n’a pas le choix de ce qu’il a envie de faire. Il a l’obligation de faire un choix entre les activités qui lui sont présentées… et en plus, l’enfant n’a même pas « le droit » de ne rien faire !

FullSizeRender-8
Je me souviens lorsque j’étais toute jeune, passer des heures entières à observer les escargots que j’avais pris soin de mettre dans ma boîte. Regarder en détail et minutieusement ces petits animaux qui m’offraient de magnifiques spectacles ! Le monde du « petit » s’ouvrait à moi !  J’aimais aussi écouter le chant des oiseaux ou le vent dans les arbres… observer de la fenêtre les feuilles qui dansent au vent, écouter le bruit de mes pas dans la forêt ou encore simplement rêver… plonger dans mes pensées, dans mon univers d’enfant et laissant libre cours à ma création intérieure. Des moments d’extase, de fascination, de connexions, j’avais alors le temps de vivre en harmonie avec mon environnement… aux yeux des adultes je ne faisais probablement rien et pourtant… tous mes sens étaient en éveil libérant ainsi mon esprit des pressions du monde des grands… j’étais dans ma bulle de paix, en plein apprentissage, contrairement aux apparences…
DSC_0100L’apprentissage se fait tout le temps, à chaque instant, de différentes manières. Pour quelles raisons faut-il entrer dans un moule pré-conçu quand il y a autant de manières d’apprendre que d’individus uniques ? Lorsque l’enfant se met en retrait, aux limites d’un groupe,ne serait-il pas plus évident de le laisser s’arrêter, le laisser observer son environnement du moment, afin qu’il fasse lui-même ses propres connexions à son propre rythme ? Pourquoi toujours forcer ? toujours stimuler ? toujours performer ? toujours encourager ?

N’est-il pas si bon de ne « rien » faire ? J’aimerais tant, aujourd’hui, mère de 4 enfants, ne rien faire… juste pour quelques heures ! 😀 alors laissons-les être dans la gratitude du moment présent au risque de les faire paraître paresseux..

2 réflexions sur “Qu’il est bon de ne rien faire !

  1. Marie-Josee dit :

    Tellement d’accord avec toi! Ma grande passe des heures penchées par terre à observer les insectes et escargots ; c’est tellement merveilleux.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s